Pétition : pas d’agrégation de Lettres sans autrices

J’ai participé au sein d’un collectif d’enseignant⋅es, d’étudiant⋅es et de citoyen⋅nes à l’élaboration de la pétition suivante, que vous pouvez signer sur le site Change

L’an prochain, les agrégatives et agrégatifs de lettres classiques et de lettres modernes étudieront les auteurs français suivants pour le concours externe : Chrétien de Troyes, François Rabelais, Jean Racine, André Chénier, Gustave Flaubert et Nicolas Bouvier. Les agrégatives et agrégatifs de lettres modernes travailleront en outre sur un nouveau programme de littérature comparée, « Expériences de l’histoire, poétiques de la mémoire », rassemblant Joseph Conrad, António Lobo Antunes et Claude Simon, auquel s’ajoute l’ancien programme reconduit, « Formes de l’action poétique », avec René Char, Mahmoud Darwich et Frederico García Lorca.

Douze auteurs, aucune autrice, pour la neuvième fois au cours des vingt-cinq dernières années. C’était aussi le cas en 1997, en 1998, en 1999, en 2004, en 2007, en 2008, en 2009 et en 2016. En fait, depuis 1994, les programmes d’agrégation de lettres n’ont proposé que treize autrices : Marie de France et Christine de Pizan, Marguerite de Navarre et Louise Labé, Madame de Sévigné, Madame de Staël, Marguerite Duras et Marguerite Yourcenar pour les programmes de littérature française ; Nathalie Sarraute, Anna Akhmatova, Mary Shelley, Virginia Woolf et Sarah Kane pour les programmes de littérature comparée. Contre 223 auteurs (certains revenant régulièrement), que nous éviterons d’énumérer. Soit une autrice pour 17 auteurs : bref, trop peu.

Certes, les autrices sont moins nombreuses pour des raisons historiques et sociales. On dit que les femmes ont dû attendre leur émancipation au XXe siècle pour pouvoir écrire – mais pourquoi dans ce cas, y a-t-il autant d’autrices du XXe siècle dans le programme de littérature française que d’autrices du XVIe siècle ? En dépit de ces justifications, la constitution d’un canon littéraire demeure un processus politique1, auquel continue de participer le concours de l’agrégation en proposant aux agrégatives et aux agrégatifs des programmes de douze auteurs masculins, programmes censés, par leur souci de variété chronologique, générique, géographique et linguistique, leur présenter un échantillon plus ou moins représentatif de la littérature.

Les enjeux de la représentation des autrices dans les programmes d’agrégation sont pourtant nombreux : ils sont symboliques, car que retenir de ces programmes exclusivement masculins sinon que les femmes ne sont pas capables de produire des œuvres dignes d’être étudiées ? Ils concernent la recherche, l’édition et l’accessibilité de certains textes anciens (citons ceux de Christine de Pisan) ; ils ont trait à l’enseignement des œuvres dans le secondaire et dans le supérieur, puisque les œuvres au programme de l’agrégation sont souvent reprises dans des cours ultérieurs de tous niveaux. L’étude et la connaissance d’œuvres d’autrices, du contexte et des conditions dans lesquelles les femmes ont écrit au cours des siècles doit faire partie de la formation des enseignant⋅e⋅s à l’égalité de genre, et cette formation ne peut être cantonnée hors de leur discipline2.

Nous appelons l’ensemble des personnes qui jouent un rôle dans la conception et la sélection des œuvres au programme à prendre conscience de ces enjeux. Il est évident que dans d’autres disciplines, ce problème est posé lors de la conception des programmes. Ainsi pour l’agrégation d’anglais, dont le programme ne comporte que cinq œuvres de tronc commun, avec deux œuvres supplémentaires en option, s’il est arrivé qu’il n’y ait aucune autrice au cours des dix dernières années, on en compte régulièrement une, deux ou trois en tronc commun. Cela n’est pas simplement possible parce que les autrices anglophones seraient plus nombreuses, mais aussi parce qu’un travail critique de fond sur le canon a été mené dans les pays anglophones.

Nous demandons donc que la question de la représentation des autrices dans le programme d’agrégation fasse partie des préoccupations des président⋅e⋅s de jury au moment de la sélection définitive des programmes, que la nécessité de faire étudier des autrices soit explicitée auprès des concepteurs et conceptrices des programmes, et qu’une concertation ait lieu au moment où le choix des œuvres est arrêté, afin qu’il n’y ait plus de programme d’agrégation sans aucune autrice, aussi bien pour l’agrégation de lettres classiques que pour l’agrégation de lettres modernes.

Nous souhaiterions en outre qu’une autrice soit présente au moins dans l’un des deux programmes de littérature comparée pour l’agrégation de lettres modernes. Nous restons conscient⋅e⋅s de la difficulté à élaborer un programme intéressant et adapté à l’agrégation à partir de contraintes multiples, et nous considérons que les enjeux de la représentation de domaines linguistiques ou culturels moins étudiés sont également importants, mais la présence d’autrices au programme n’est pas incompatible avec cette diversité, comme l’a par exemple montré le programme « Permanence de la poésie épique au XXe siècle » (Akhmatova, Hikmet, Neruda et Césaire). Le fait de formuler cet enjeu en amont au sein de la Société Française de Littérature Générale et Comparée pourrait ainsi éviter qu’à chaque fois qu’un programme a pour objet principal les femmes, toutes les œuvres soient écrites par des hommes, comme cela était le cas pour les programmes « Poètes de l’amour » (Ovide, Pétrarque, Shakespeare et Goethe), « Comédie et héroïsme féminin » (Aristophane, Shakespeare, Molière et Goldoni) ou « Destinées féminines dans le contexte du naturalisme européen » (Zola, Hardy et Fontane).

1. Christine Planté, « La place des femmes dans l’histoire littéraire : annexe, ou point de départ d’une relecture critique? », Revue d’histoire littéraire de la France, vol. 103, 2003.

Michèle Touret, « Où sont-elles ? Que font-elles ? La place des femmes dans l’histoire littéraire. Un point de vue de vingtiémiste », Fabula-LhT, n° 7, « Y a-t-il une histoire littéraire des femmes ? », avril 2010

Saba Bahar, Valérie Cossy, « Le canon en question : l’objet littéraire dans le sillage des mouvements féministes », Nouvelles Questions Féministes. vol. 22, 2003, p. 4-12.

2. Le rapport « Faire des personnels enseignants et d’éducation les moteurs de l’apprentissage et de l’expérience de l’égalité » du Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes recommande notamment de « faire de l’égalité filles-garçons une connaissance requise pour l’obtention des diplômes d’enseignant⋅e⋅s » et d’ « intégrer l’égalité filles-garçons dans les programmes des concours, tant sur le plan transversal que disciplinaire ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s